Sur le chemin du retour

Publié le par Guillaume BRUNEAU

Après 1 an et 10 jours en Australie, me voilà déjà dans l’avion du retour pour un long voyage de 23 heures. Dur dur de se retrouver seul dans l’avion pour quitter un lieu qui fut un véritable paradis pendant plus d’un an.

 

P1170116

Le voyage s’est plutôt bien passé, sans encombres. Le personnel comme le service d’Emirates est à la hauteur de sa réputation. A peine arrivé, les hôtesses distribuent des lingettes bouillantes pour le visage (on est en classe économique !). Les films et divertissements sont nombreux, les repas aussi et bons pour l’avion. De notre expérience avec Manon, elle est un challenger sérieux de Cathay Pacific ou Etihad qui étaient géniales.

 

P1170224

Le plus dur n’était pas les quelques 15 heures de vol entre Sydney et Dubaï ou les 6 heures entre Dubaï et Nice, ce fut plutôt les 4 heures de transit à Dubaï et de même à Nice attendant mon vol pour Ajaccio pour rejoindre mes parents. Cependant, Dubaï sait vous distraire. Cet aéroport est plus un vaste centre commercial duty free qu’un classique aéroport. Un immense couloir, qu’il faut plusieurs dizaines de minutes à traverser (en effet des panneaux vous donnent le temps avant chaque terminal, ce dernier est impressionnant), donne sur des parfumeries, des magasins de tabac, d’électronique, de vêtements, de confiseries…

 

P1170235

Nice fut beaucoup moins fun. C’était le terminal domestique pour Ajaccio donc pas beaucoup de commerces mais aussi, il y avait la grève des contrôleurs aériens. Heureusement, j’ai pu avoir mon vol mais les annonces d’annulations se suivaient au haut-parleur.

C’était le bon retour en France, je savais que je ne m’étais pas trompé de pays. Un léger sentiment bizarre vous prend alors quand vous entendez parler français autour de vous, que vous pouvez parler français aux comptoirs, dans les magasins.

La traversée de la méditerranée fut plutôt amusante puisque c’était mon premier vol dans un avion à hélices.

 

P1170245

Finalement, j’ai pu retrouver mes parents dans l’aéroport d’Ajaccio. A ce moment, j’étais bel et bien rentré en France.

 

P1170327

Deux mois après mon retour, je peux dire que le sentiment est bizarre quand on revoit les photos d’Australie ou quand on reparle avec des amis. C’est à la fois très loin et très proche. Les fantasmes à la « Inception » nous hantent alors : « était-ce juste un rêve ? ». Mais là, vous fouillez dans une poche d’une vieille veste et vous trouvez un « Travelten » (ticket de bus de Sydney). Vous vous dites alors « J’y étais bien. Mais ce fut tellement court ! ».

 

Panorama arc de triomphe

C’est une première conclusion de ce blog, que je répète sans cesse aux futurs 3A (3ème année à Sciences-Po), profitez-en un max ! Ça passe trop vite et vous vous retrouverez vite chez vous ! Chaque jour, chaque instant doit être mis à profit pour vivre l’expérience à fond !

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article